Le Maroc choqué après le suicide d’une adolescente forcée d’épouser son violeur

Le suicide d’une fille de 16 ans, contrainte d’épouser l’homme qui l’avait violée, a fait l’effet d’un électrochoc au Maroc où se sont multipliés jeudi les appels à la réforme, voire l’abrogation, d’une loi qui fait du viol un simple délit et bénéficie plus au violeur qu’à sa victime.

Fait rare: à cause de l’émotion suscitée, le gouvernement a largement consacré sa réunion hebdomadaire à l’examen de ce drame humain et de société.
« Cette fille a été violée deux fois, la dernière quand elle a été mariée », a déclaré à la presse le porte-parole du gouvernement et ministre de la communication Mustapha El Khelfi.

Amina Al Filali s’est suicidée samedi dans sa ville de Larache, près de Tanger (nord), en absorbant de la mort aux rats, après avoir été contrainte d’épouser l’homme qui l’avait violée quand elle avait 15 ans. En l’épousant, son violeur avait échappé à la prison grâce à un article du code pénal.
« Il faut étudier d’une manière approfondie cette situation avec la possibilité d’aggraver les peines dans le cadre d’une réforme de l’article (475 du code pénal, NDLR). Nous ne pouvons pas ignorer ce drame », a-t-il ajouté.

Cliquez ici.